Questions sur les médecins de soutien, Protecting Patients

Le Collège royal des médecins omnipraticiens (RCGP) a produit son réponse initiale aux médecins de soutien, Protecting Patients (20 novembre 1999, p. 1319). Dans le document, le médecin en chef de l’Angleterre, le professeur Liam Donaldson, a proposé un ensemble de mesures pour s’attaquer au problème des mauvaises performances. Dans leur réponse, le président du conseil du RCGPs, le professeur Mike Pringle et le président du groupe de liaison avec les patients , Patricia Wilkie, disent qu’ils sont d’accord avec le contenu du document et soutiennent ses objectifs généraux. Mais ils craignent que les dirigeants de la profession n’aient pas été consultés adéquatement dans la préparation d’une nouvelle initiative politique. Ils croient que la gouvernance clinique et la revalidation assureront que le public peut être assuré que les omnipraticiens sont aptes à pratiquer. Ils veulent savoir quelles sont les relations entre les nouvelles propositions et la gouvernance clinique, la revalidation et les procédures de performance du General Medical Council. Est-ce que les propositions aideront à promouvoir la poursuite de la qualité en plus d’identifier les mauvais résultats? Le collège dit que la profession doit savoir si les évaluations annuelles proposées seront principalement des séances formatives ou contractuelles. Qui les fera, et quel sera le lien avec la gouvernance clinique et la revalidation? Les centres d’évaluation sont préoccupés par les centres d’évaluation et de soutien proposés. Quel sera leur rôle, et comment l’aide corrective pour les médecins sous-performants sera-t-elle fournie? Les centres seront-ils principalement éducatifs ou contractuels? Comment et où l’évaluation du rendement sera-t-elle effectuée? Les professeurs Pringle et Wilkie veulent savoir quels systèmes doivent être mis en place pour remédier à la mauvaise performance causée par le manque de ressources ou de systèmes de soins inadéquats. quand il y aura des propositions pour l’examen ouvert de la performance des gestionnaires du NHS. Enfin, ils demandent quelles garanties le ministère de la Santé accordera pour que les fonds soient disponibles et que les propositions ne détourneront pas les fonds et le temps des médecins des soins cliniques.