Les dépenses consacrées aux maladies négligées ont augmenté, selon un rapport

Une augmentation substantielle des dépenses mondiales de recherche en santé au cours de la dernière décennie a stimulé Le rapport, publié ce mois-ci, a révélé que les dépenses consacrées à la recherche en santé dans le monde ont augmenté d’environ 50% depuis 1998, grâce à l’aide du Fonds mondial pour la recherche en santé. Don Matlin, chef de l’organisation basée à Genève, a déclaré que le fonds avait estimé en 2001 à 73,5 milliards de dollars bn; € 61.1) avait été dépensé pour la recherche en santé dans le monde entier en 1998. Cette année, il a constaté que plus de 100 milliards de dollars avaient été dépensés en 2001. Par contre, les dépenses en 1987 s’élevaient à 30 milliards de dollars Selon les calculs effectués en 1990, il est extrêmement difficile et long de calculer les chiffres, mais le fonds a établi des estimations fiables. Le rapport indique que le secteur public représente environ 50% de ce financement, M. Matlin a déclaré que le plus grand bailleur de fonds de la recherche en santé au monde, les National Institutes of Health aux États-Unis, avait doublé ses dépenses au cours des cinq dernières années pour atteindre 27,4 milliards de dollars et que Il a dit que moins de 10% du financement total de la recherche en santé était consacré à des maladies qui touchent principalement les pauvres, mais que les signes étaient que le fossé que le Fonds mondial a baptisé &#x0201c ; 10/90 gap ” — peut être rétrécissement.Le rapport a constaté que même les pays en développement dépensaient plus sur la recherche en santé. Le Brésil et Cuba consacrent près de 2% de leurs dépenses totales de santé à la recherche en santé. Il a déclaré que l’Inde s’était engagée à dépenser un pourcentage similaire d’ici 2010. M. Matlin a déclaré que davantage de gouvernements dans les pays en développement commençaient à réaliser que la santé n’était pas seulement le résultat du progrès économique, mais aussi un moyen d’y parvenir. les gens réalisent maintenant que la santé est le meilleur investissement économique qu’un gouvernement puisse faire, ” M. Matlin a dit. Il a ajouté: “ La santé n’est pas une conséquence du développement, mais un facteur clé dans la réalisation du développement. ” M. Matlin a déclaré le nombre de partenariats public-privé dans lesquels les agences humanitaires, les organisations non gouvernementales et Les sociétés se sont associées pour créer de nouveaux médicaments plus efficaces et abordables contre les maladies des pauvres. Les investissements de ces partenariats ont totalisé quelque 200 millions de dollars l’année dernière, et les plus importantes contributions à ce jour proviennent de Bill et Melinda Gates. Foundation.Le rapport 10/90 sur la recherche en santé 2003-2004 est accessible sur www.globalforumhealth.org