La formation en médecine de la toxicomanie devrait être standardisée et intensifiée

Les troubles de toxicomanie représentent un lourd fardeau social et de santé publique. On estime qu’entre 149 et 271 millions de personnes consomment des drogues illicites dans le monde1 et que la morbidité physique et psychologique impose des exigences élevées aux systèmes de santé.2 La science de l’obsession a identifié des approches pour traiter les troubles liés à l’utilisation de substances. La plupart des interventions sont sous-utilisées, cependant.3

Le manque de connaissances et de formation accréditée en médecine de la toxicomanie empêche les diagnostics et les traitements adéquats5. Les conséquences sur la santé publique des taux élevés de toxicomanie non traitée résultent d’un manque de traitement de la toxicomanie, dû au manque de médecins qualifiés. Former les médecins mieux est susceptible d’améliorer le diagnostic précis et le traitement approprié6; Cela peut également aider à réduire les épidémies de santé publique qui peuvent résulter d’une prescription inadéquate, comme l’épidémie actuelle de dépendance aux analgésiques opioïdes aux États-Unis.