La couverture vaccinale contre l’hépatite B est discutable en Inde

Editor — Nous sommes d’accord avec Banatvala et al, une analyse économique adéquate de la vaccination universelle contre l’hépatite B En Inde, des plans pour la vaccination universelle contre l’hépatite B ont été annoncés sans comparaison économique avec d’autres programmes qui pourraient être plus rentables. Le coût-efficacité marginal du vaccin contre l’hépatite B en Inde a été estimé, 2 mais il n’a pas été comparé à l’investissement dans le programme élargi actuel de vaccination, qui n’assure actuellement qu’une immunisation primaire complète de seulement 35% des enfants éligibles.3 Le vaccin contre l’hépatite B est plus cher que le coût combiné des six autres maladies couverts par le programme actuel. Ces six maladies, la rougeole, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite et la tuberculose causent probablement plus de mal que l’hépatite B. L’Organisation mondiale de la santé recommande la vaccination universelle contre l’hépatite B lorsque les taux de porteurs de l’hépatite B dépassent 2% 4. L’estimation souvent citée pour l’Inde de 4,7% est basée sur la mise en commun erronée des résultats d’un ensemble d’études incluant des groupes à haut risque non représentatifs et assimilant le taux de positivité de l’HBsAg test unique au taux de porteurs. La correction de ces erreurs donne un taux de portage de 1,42% 5. En Inde, le mode de transmission le plus important de l’hépatite B est périnatal. Prévenir la transmission périnatale exige que les nouveau-nés reçoivent la première dose du vaccin dans les 12 heures suivant la naissance. Cependant, en Inde, la plupart des naissances ont lieu à la maison, où la logistique de la livraison rapide des vaccins dépasse les moyens de l’Inde. Par conséquent, la plupart des nouveau-nés (groupe le plus vulnérable) ne seront pas protégés de la transmission périnatale par “ universal ” Dans les pays en développement comme l’Inde, un débat ouvert, s’appuyant sur des données précises et une analyse économique approfondie des priorités concurrentes, est nécessaire avant qu’une décision définitive soit prise sur la vaccination universelle contre l’hépatite B.