Conception de véhicules routiers pour la protection des piétons

Les collisions entre piétons et véhicules routiers constituent un défi majeur pour les professionnels de la santé publique, de la traumatologie et de la sécurité routière. Plus d’un tiers des 1,2 million de personnes tuées et les 10 millions de blessés chaque année dans des accidents de la route dans le monde sont des piétons.1 Comparés aux occupants blessés, les piétons subissent plus de blessures multisystèmes, avec des scores de gravité et de mortalité plus élevés2. un grand nombre de ces accidents se produisent dans les pays en développement et en transition, les accidents de piétons représentent également un énorme coût sociétal dans les pays industrialisés sildenafilfr.com. En Grande-Bretagne, les blessures infligées aux piétons sont deux fois plus susceptibles d’être mortelles que les blessures subies par les occupants des véhicules3 et représentent un coût moyen pour la société de près de deux fois plus élevé que celui des occupants4. Les traumatismes liés aux véhicules sont responsables de plus d’un tiers de tous les décès et blessures liés au trafic dans le monde. Les traumatismes crâniens sont les plus fréquents chez les piétons, tandis que les traumatismes crâniens sont responsables de la plupart des accidents mortels. Contre-mesures pour réduire les blessures des piétonsLes composants absorbant l’énergie tels que les pare-chocs conformes, les bonnets relevés dynamiquement et les coussins gonflables sont développés pour améliorer la protection des piétons | | | Définition | Le coude de tennis a de nombreux termes analogues: douleurs latérales du coude, épicondylite latérale, aviron coude, tendinite de l’origine de l’extenseur commun, et péritendonite de l’e lbow. Le coude de tennis est caractérisé par une douleur et une sensibilité au niveau de l’épicondyle latéral de l’humérus et une douleur sur la dorsiflexion résistante du poignet, du majeur ou des deux. Pour les besoins de cette revue, le coude du tennis était limité à la douleur latérale au coude ou à l’épicondylite latérale.